Bibles et Publications Chrétiennes
Calendriers "La Bonne Semence"

“ Le Seigneur est proche ”

Écouter le feuillet :
Rechercher un feuillet :
< hier
demain >
Mercredi 25 avril 2018

Voici, une femme de la ville, qui était une pécheresse, sachant qu'il était à table dans la maison du pharisien, apporta un vase d'albâtre plein de parfum. Elle se tint derrière à ses pieds, en pleurant, et se mit à lui arroser les pieds de ses larmes.

Luc 7. 37, 38

Aux pieds de Jésus

La première grande vérité que nous entrevoyons quand nous venons à Jésus, c'est qu'il est plus grand que nos besoins; la pécheresse de la ville, en Luc 7, en a fait l'expérience. Elle avait certainement hésité sur le seuil de la maison de Simon, en voyant les regards désapprobateurs et les froncements de sourcils de l'hôte et des invités. Mais deux puissances se sont conjuguées pour l'amener aux pieds de Jésus: ses profonds besoins la poussaient là, et l'immense amour de Jésus l'attirait. Entre la force de ses besoins qui la poussaient vers lui et la force d'attraction de l'amour du Seigneur, son hésitation a été vaincue. Alors, comme un navire battu par les vagues trouve le calme dans un port longtemps désiré, elle a trouvé un lieu de refuge et de repos aux pieds du Fils de Dieu.

Simon n'aurait pas voulu qu'elle le touche, et les disciples l'auraient certainement traitée sans aucune grâce. Mais lui, l'humble Jésus – pourtant le puissant Prince de la vie! – a permis à cette femme de verser à ses pieds des larmes de repentance et de reconnaissance. Elle a trouvé en Jésus un cœur d'une tendresse infinie, car il ne l'a pas repoussée avec mépris; il ne lui a pas fait sentir le poids de ses péchés, mais sa main a au contraire enlevé son fardeau! Elle a entendu de sa bouche même ces paroles: “Tes péchés sont pardonnés… Ta foi t'a sauvée, va en paix” (v. 48, 50).

Passé, présent et futur, tout a été réglé pour elle à ce moment-là. Elle avait été longtemps la proie des hommes et du diable, mais désormais son cœur tout entier, purifié de toute sa mauvaise conduite par la puissance sanctifiante de l'amour merveilleux de Jésus, pouvait répandre sur lui son affection. “Elle a beaucoup aimé” (v. 47), car le Seigneur lui avait beaucoup pardonné. À ses pieds, elle a trouvé le salut, et c'est encore là qu'on peut trouver la même bénédiction, car “Jésus Christ est le Même, hier, et aujourd'hui, et éternellement” (Hébreux 13. 8).

J.T. Mawson