Bibles et Publications Chrétiennes
Calendriers "La Bonne Semence"

“ La Bonne Semence ”

Écouter le feuillet :
Rechercher un feuillet :
< hier
demain >
Mardi 27 novembre 2018

Bienheureux et saint celui qui a part à la première résurrection: sur eux, la seconde mort n'a pas de pouvoir… C'est la seconde mort, l'étang de feu. Si quelqu'un n'était pas trouvé écrit dans le livre de vie, il était jeté dans l'étang de feu.

Apocalypse 20. 6, 14, 15

L'enfer (2): la seconde mort

Dans l'Apocalypse, le livre des jugements, une troisième expression désigne l'enfer: “la seconde mort”. Que signifie-t-elle? Tous les hommes sont destinés à mourir une fois. Dieu avait prévenu Adam qu'il mourrait s'il désobéissait (Genèse 2. 17). Depuis lors, la mort est la fin terrestre inévitable de tout homme. Ensuite – c'est toujours Dieu qui le dit – il y a le jugement, de façon tout aussi certaine (Hébreux 9. 27), mais pas pour les croyants (Jean 5. 24). La mort n'est pas la fin de l'existence, tous les hommes ressusciteront.

– Pour les uns, ceux qui auront mis leur confiance en Jésus, ce sera une “résurrection de vie”, la vie éternelle dans le ciel avec leur Sauveur.

– Pour les autres, leur nom n'étant pas trouvé dans le “livre de vie”, ce sera une “résurrection de jugement” (Jean 5. 29), c'est-à-dire qu'ils entendront le verdict de leur condamnation et iront subir en enfer “le châtiment d'une perdition éternelle loin de la face du Seigneur” (2 Thes?saloniciens 1. 9). C'est cela “la seconde mort”.

Dieu est juste et droit, il avertit chacun de nous. Au jour du jugement, personne ne pourra se plaindre d'avoir été pris par surprise. Chacun doit décider sans plus attendre. Dieu invite tous les hommes à accepter sa grâce, par la foi en Jésus. Jésus a enduré la colère de Dieu à notre place sur la croix. Celui qui croit au Seigneur Jésus et à son sacrifice a son nom inscrit dans le livre de vie. Refuser cette grâce, c'est s'exposer à “une certaine attente terrible de jugement, et à l'ardeur d'un feu qui va dévorer les adversaires [de Dieu]” (Hébreux 10. 27). Faites le choix des “bienheureux”.