Bibles et Publications Chrétiennes
Calendriers "La Bonne Semence"

“ La Bonne Semence ”

Écouter le feuillet :
Aucun enregistrement disponible
Rechercher un feuillet :
< hier
demain >
Vendredi 14 juin 2013

Jésus se releva et, ne voyant personne que la femme, lui dit: Femme, où sont-ils, tes accusateurs? Personne ne t'a condamnée? Elle dit: Personne, Seigneur. Jésus lui dit: Moi non plus, je ne te condamne pas; va, dorénavant ne pèche plus.

Jean 8. 10, 11

Moi non plus, je ne te condamne pas

Des religieux amènent à Jésus une femme surprise en flagrant délit d'adultère. Ils veulent le prendre au piège: lui qui apportait la grâce, ils essaient de le mettre en contradiction avec la Loi divine.

Le réquisitoire prononcé, le cercle des accusateurs et la femme placée devant Jésus attendent. Jésus s'est baissé et, silencieux, écrit du doigt sur la terre.

Le silence pèse. Les accusateurs insistent, Jésus se relève et dit: “Celui d'entre vous qui est sans péché, qu'il jette le premier la pierre contre elle”. Il se remet à écrire et son silence est plus éloquent que des paroles.

Ils se sont tus, eux aussi. Ils sont partis “un à un, en commençant par les plus âgés”. Portaient-ils un jugement plus juste sur eux-mêmes?

Un seul est sans péché. Un seul a le droit de condamner. Et il s'en abstient! Jésus est venu, non pour condamner, mais pour sauver les hommes. À l'accusée, il peut donner le pardon et l'inviter à prendre un nouveau chemin: “Moi non plus, je ne te condamne pas; va, dorénavant ne pèche plus”.

Un avenir est ouvert devant cette femme qui n'en avait plus. Un nouveau commencement est possible: pour elle, pour ces hommes soudain silencieux, pour toi, qui que tu sois, que la force de la tentation a fait chavirer. Pour nous tous, si souvent hypocrites.

“Seigneur, si nous contemplions plus souvent cette scène, si nous savions écouter ton silence, que d'attitudes seraient changées!”

d'après S. de Dietrich