Bibles et Publications Chrétiennes
Calendriers "La Bonne Semence"

“ La Bonne Semence ”

Écouter le feuillet :
Aucun enregistrement disponible
Rechercher un feuillet :
< hier
demain >
Jeudi 14 juin 2012

N'ai-je pas soumis et fait taire mon âme, comme un enfant sevré auprès de sa mère?

Psaume 131. 2

Le Seigneur ne rejette pas pour toujours; mais, s'il afflige, il a aussi compassion, selon la grandeur de ses bontés; car ce n'est pas volontiers qu'il afflige et contriste les fils des hommes.

Lamentations 3. 31-33

Comme un enfant sevré

Autrefois, les pratiques étaient assez radicales, et c'était un moment émouvant quand une mère devait sevrer son enfant… Pour son bien, elle cessait de le nourrir au sein et lui donnait une nourriture plus consistante et plus variée. Mais dans un premier temps, l'enfant ne comprenait pas qu'on le prive du lait maternel, cette nourriture excellente: c'étaient des cris, des larmes… C'était aussi une souffrance pour sa mère! Mais ensuite l'enfant sevré, heureux auprès de sa mère, recevait d'elle une nourriture plus appropriée à son âge.

Il en est de même dans le sevrage spirituel. Le Seigneur nous prive de ce qui nous est cher, pour nous donner ce qui sera mieux adapté à notre croissance spirituelle. Comme l'enfant sevré, nous risquons tout d'abord de ne pas comprendre et de nous irriter. Mais revenons bien vite au Seigneur, dans le brisement et la confiance, et nous pourrons lui dire: “N'ai-je pas soumis et fait taire mon âme?”. Il faut accepter de ressentir le manque, le vide, tout en mettant notre confiance totale dans le Seigneur. S'il nous prive de quelque chose, c'est pour nous donner quelque chose de meilleur.

Cette attitude de soumission est souvent mêlée de tristesse, mais nous savons que bientôt nous verrons le bien que le Seigneur se proposait pour nous. Sans attendre, nous pouvons éprouver l'apaisement d'un enfant sevré, dans la présence de notre Dieu et Père. Là nous goûtons le repos et la paix, la joie même, en nous contentant de nous reposer dans ses bras. “Sur Dieu seul mon âme se repose paisiblement” (Psaume 62. 1).