Bibles et Publications Chrétiennes
Calendriers "La Bonne Semence"
Écouter le feuillet :
Vendredi 20 octobre

Revenez, fils infidèles; je guérirai vos infidélités.

Jérémie 3. 22

(Jésus dit:) Ce ne sont pas les gens en bonne santé qui ont besoin de médecin, mais ceux qui se portent mal. Je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs à la repentance.

Luc 5. 31, 32

Je guérirai vos infidélités

“Je guérirai vos infidélités”. En parlant ainsi, Dieu nous invite à venir vers lui sans intermédiaire, pour nous guérir. Il nous invite à nous décharger de nos fardeaux, à lui exposer nos faiblesses, à lui dire ce dont nous avons honte. Nous pouvons lui dire notre malaise, lui avouer nos fautes, c'est le but de la confession. Mais la manière de le faire sera profondément différente selon que nous envisageons Dieu comme un juge ou comme un médecin. Ouvrir sa conscience devant un juge se fait avec beaucoup de retenue. Le faire devant un médecin se vit au contraire avec objectivité, sans rien lui cacher, pour que la guérison puisse être complète.

Un voleur dira devant son juge: “Je reconnais avoir volé”. Mais devant son thérapeute, il dira: “Guérissez-moi de ma cleptomanie, de ma tendance à voler”. Parler de ses vols, c'est parler de ses actes. Parler de sa cleptomanie, c'est passer à un niveau plus profond. En effet, dire que je suis coupable remet en question mes actes, et je peux imaginer que, par mes efforts, je pourrai arrêter de mal faire. Mais reconnaître que mes mauvaises actions sont les conséquences de mon être malade de la maladie du péché, c'est prendre conscience de mon impuissance à me guérir tout seul.

Alors je peux recevoir la parole de Jésus, qui est venu appeler non pas des justes, mais des pécheurs pour qu'ils se repentent. Ce sont bien les malades qui ont besoin de médecin. C'est comme médecin que Jésus m'appelle, moi pécheur, à la repentance. Pour me guérir et me sauver.